La musique en Islam

L'Unicité At-Tawhid
Le mariage en Islam

La cigarette en Islam

Accueil

Grands Péchés Islam

Le premier grand péché : L'ASSOCIATION À DIEU L'UNIQUE (CHIRK)


C'est le fait que tu donnes un semblable à ALLAH (Qu'IL soit exalté) alors qu'IL t'a crée et que tu adores avec LUI des créatures comme le soleil, la lune, un astre, une pierre, un Prophète, un sheikh ou un ange.

ALLAH (QU'IL SOIT EXALTÉ) a dit :

«Certes ALLAH ne pardonne pas qu'on LUI donne quelqu'associé. À part cela, IL pardonne à qui IL veut. Mais quiconque donne à ALLAH quelqu'associé commet un énorme péché.»
[Sourate 4, Verset 48]


IL a dit :

«[...] Quiconque associe à ALLAH (d'autres divinités) ALLAH lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu.[...]»
[Sourate 5, Verset 72]


IL (Qu'IL soit exalté) a également dit :

«[...] l'association à [ALLAH] est vraiment une injustice énorme.»
[Sourate 31, Verset 13]

Les versets qui vont dans ce sens sont nombreux.

Ainsi celui qui attribue un associé à ALLAH L'UNIQUE et meurt dans cet état d'esprit fera certainement partie des gens de l'Enfer tandis que celui qui croit en ALLAH et meurt croyant fera partie des gens du Paradis. Il se peut que celui-ci soit châtié en expiation de ses fautes, mais il ne demeurera pas éternellement en Enfer.

Le Prophète a dit un jour à ses compagnons :
«Voulez-vous que je vous annonce les plus graves des péchés capitaux ?»

puis il dit :
«C'est associer un autre à ALLAH ...»
[Hadith rapporté par Boukhari (n°2654) et Mouslim (n°87)]


Il leur a dit une fois :
«Évitez les sept péchés destructeurs»
[Hadith rapporté par Boukhari (n°2766) et Mouslim (n°89)]

et il cita parmi ceux-ci l'associationnisme.



Le sheikh El-3Outhaymine (RahimahouLAHI) a dit :

(INCHA ALLAH voir son livre «L'explication du recueil "Riyad Es-Salihin". Chapitre 286 : L'interdiction de toucher au bien de l'orphelin.»)

Le hadith que nous allons expliquer est celui dans lequel le Prophète a dit : «Évitez les péchés destructeurs.»

Ces septs péchés ont été qualifiés de destructeurs - mûbiqât - parce qu'ils détruisent la religion. Quand les compagnons lui demandèrent : «Quels sont -ils ?», il commença par le péché suivant : «Associer un autre à ALLAH». En effet, le plus grave de ces péchés est le fait que l'homme attribue à ALLAH L'UNIQUE un associé alors qu'IL l'a créé et l'a comblé de bienfaits depuis qu'il est dans le ventre de sa mère. Comment un être doué de raison se permet-il d'associer à ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA une divinité alors que les faveurs qu'IL lui a accordées sont innombrables. C'est dire que l'associationnisme est la pire des injustices.

Il existe différentes formes d'associationnisme. Il y a celle qui consiste en ce que l'homme vénère une créature comme il vénère CRÉATEUR. Cette forme d'associationnisme existe chez certains sujets, aussi bien les esclaves que ceux de condition libre. Ils vénèrent leur maître, leur roi ou leur émir plus qu'ils ne vénèrent ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA. Or cela fait partie de l'associationnisme majeur, qu'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA nous en préserve (Amine). La preuve en est lorsque leur émir ou leur chef leur donne un ordre lors de l'appel à la prière, ils s'empressent de l'exécuter et continuent de s'en occuper sans se soucier s'il leur reste encore du temps pour accomplir cette prière.

Comme autre forme d'associationnisme, il y a celle qui est relative à l'amour, à savoir le fait d'aimer une créature comme on aime ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA ou même plus. Ainsi constate-t-on que l'amant flatte sa maîtresse et sollicite son amour plus qu'il ne sollicite l'amour d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA. Ce fléau frappe ceux qui sont victimes d'un amour passionnel (3ishq), qu'il s'agisse de l'amour d'une femme ou d'un garçon (éphèbe). Leur coeur est empli d'amour pour une créature plus qu'il n'est empli d'amour pour ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA.

ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA a en effet dit :

«Parmi les gens, il en est qui prennent des "semblables" en dehors d'ALLAH qu'ils aiment comme on aime ALLAH, mais ceux qui ont la foi ont un amour plus intense pour ALLAH.»
[Sourate 2, Verset 167]

Il existe une forme d'associationnisme subtile, à savoir l'ostentation. Beaucoup de gens en sont victimes, ils essaient de bien faire leur prière lorsque les gens les regardent, font le jeûne surérogatoire pour que les gens disent : "Regardez untel, c'est un homme vertueux !", font l'aumône devant les gens pour qu'ils disent : "Quel homme généreux !", Or ALLAH LE TRÈS HAUT a dit : «JE suis suffisamment riche pour ME passer de quelque associé. Quiconque accomplit une oeuvre, mais y joint un associé à MOI, JE le laisserai seul avec ce qu'il M'a associé».
[Hadith rapporté par Muslim (n°2180)]

Il existe une autre forme subtile de l'associationnisme, c'est le fait que la vie mondaine occupe l'esprit de l'homme et tout son temps. Toute sa journée, il ne pense qu'à l'argent et il use de ruse, de mensonge, de tromperie sans se soucier de ce qui l'attend le Jour du jusgement, car ce bas monde l'a complètement asservi. La preuve que cela relève de l'associationnisme est la parole du Prophète :

«Malheur à l'esclave du dinar»
[Hadith rapporté par al-Boukhâri]

Pensez-vous qu'un tel homme se prosterne devant le dinar et lui rend culte ? Bien sûr que non ! Mais le dinar a possédé son coeur.

Le Prophète a dit dans ce même hadith :

«Malheur à l'esclave du dirham ! Malheur à l'esclave de la tunique à frange -khamîsa- ! Malheur à l'esclave de la literie !». Il s'interesse plus à sa tenue vestimentaire et au décor de sa maison qu'à la prière et aux autres actes d'adorations.

Le Prophète a dit ensuite : «Si un don lui est fait, il est content. S'il ne lui en est pas fait, il s'irrite».

Cela signifie que lorsqu'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA lui accorde un bienfait, il dit : "SEIGNEUR comme TU es GÉNÉREUX, SUBLIME et VÉNÉRABLE ! TU mérites qu'on TE soit reconnaissant et qu'on T'adore !". S'il ne reçoit pas de faveur, il devient mécontent et furieux comme le décrit ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA dans ce verset : "Parmi les gens il y a celui dont l'adoration d'ALLAH ne tient qu'à un fil. S'il lui arrive un bien, il s'apaise, et s'il est victime d'une épreuve, il fait aussitôt volte-face perdant ainsi le bénéfice de ce bas-monde et de l'Au-delà. Telle est la perte évidente»
[Sourate 22, Verset 11]

La parole de l'Envoyé d'ALLAH dans ce même hadith : «Malheur à lui ! Puisse-il être renversé !». signifie que ses affaires évolueront à l'envers de ses attentes si bien que rien ne lui réussira.

Le Prophète donne enfin la description suivante : «Il est dans un état tel que lorsqu'une épine le pique, il ne peut pas la retirer». Il veut dire par là qu'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA rend les choses difficiles si bien que lorsqu'une simple épine pique cet homme, il est incapable de la retirer.

Ensuite l'Envoyé d'ALLAH cite un cas tout à fait opposé à celui là. Il a dit : «Quel bonheur pour un serviteur de DIEU qui tient les rênes de son cheval en le conduisant au combat pour la cause d'ALLAH [...]». Cela veut dire qu'une vie heureuse aussi bien dans ce monde que dans l'Autre, est réservé à ce serviteur.

Le Prophète poursuivit : «[...] un serviteur tenant les rênes de son cheval, le conduisant au combat pour la cause d'ALLAH, les cheveux hirsutes et les pieds couverts de poussière». Contrairement à l'homme esclave des biens matériels (les vêtements de luxe, la literie confortable [...]), celui-là ne s'intéresse pas à lui-même mais donne la priorité à l'adoration d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA et l'obtention de Sa Satisfaction.

Puis le Prophète a dit : «[...] Qu'on le mette à l'arrière-garde ou à l'avant-garde, il assume son devoir comme il se doit». Cela signifie qu'il accepte n'importe quelle mission que le chef de l'armée lui confie.

Ce qu'il faut comprendre de ces paroles, c'est le fait que certaines personnes attribuent des associés à ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA sans s'en rendre compte. Si toi, cher frère, chère soeur, tu constates que ce monde occupe ton coeur jour et nuit et qu'il est devenu ta seule préoccupation, alors sache qu'il y a de l'associationnisme dans ton coeur, car l'Envoyé d'ALLAH a dit : «Malheur à l'esclave du dinar». Ce genre de personne cherche le gain à tout prix, que ce soit par des moyens licites ou illicites. Or celui qui adore vraiment ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA n'ose jamais gagner de l'argent par des moyens illicites, car il est conscient que dans l'illicite réside le courroux et dans le licite réside la satisfaction d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA. De même lorqu'il veut dépenser cet argent, il le dépense dans des choses licites.

Le serment - halif - (INCHA ALLAH voir son livre "L'explication de recueil riyâd sâlihîn". Chapitre 314 : L'interdiction de jurer par une créature.) se définit comme étant l'affirmation d'une chose en évoquant un objet de vénération (mou3azzam). D'ailleurs, l'homme ne jure que par une chose que lorsque celle-ci est vénérable à ses yeux. En jurant par une chose, c'est comme si on disait : "je suis sincère autant que la grandeur de cette chose par laquelle je jure".

Le serment où l'objet de vénération est ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA consiste à dire : "je jure par ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA" ou à jurer par un de Ses noms ou Ses attributs, comme IL l'a dit dans ce verset :

«Dis: «Invoquez ALLAH, ou invoquez LE TOUT MISÉRICORDIEUX. Quel que soit le nom par lequel vous l’appelez, Il a les plus beaux noms. [...]»
[Sourate 17, Verset 110]

Que tu jures par LE TOUT-MISÉRICORDIEUX, LE TRÈS MISÉRICORDIEUX, L'AUDIENT ou par n'importe quel des noms d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA, cela est permis.

Les lettres du serment - houroûf el-qasam - sont au nombre de trois : " waw ", " bâ " et " tâ ". Comme exemple de la lettre " waw ", il y a le verset suivant :

«Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants [...]»
[Sourate 4, Verset 65]

Pour ceux qui est de la lettre " bâ ", citons à titre d'exemple les deux versets suivants :

«Et ils jurent par ALLAH en serments solennels [...]»
[Sourate 24, Verset 53]

Et

«Ils vous jurent par ALLAH pour vous satisfaire. [...]»
[Sourate 9, Verset 62]

Et en ce qui concerne la lettre " tâ " citons l'exemple suivant :

«et dira: «Par ALLAH ! Tu as bien failli causer ma perte !»
[Sourate 37, Verset 56]

Jurer par un autre qu'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA est mécréance et associationnisme. Il peut être une forme de mécréance majeure ou mineure comme il peut être une forme d'associationnisme majeur ou mineur comme il peut être une forme d'associationnisme majeur ou mineur. Si celui qui jure par une chose croit que celle-ci est aussi vénérable qu'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA, il tombe dans l'associationnisme majeur. S'il croit que la grandeur de celle-ci est inférieure à la grandeur d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA, il commet un acte d'associationnisme mineur, car cet acte fraye le chemin à l'associationnisme majeur (dharî3a). Pendant l'époque païenne précédent l'Islam, les Arabes avaient coutume de jurer par leurs pères. Quand le Prophète leur fut envoyé par ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA, il interdit cette pratique et leur dit :

«Ne jurez pas par vos pères».
[Hadith rapporté par Mouslim]

Il voulait par là qu'ils cessent de jurer par leurs frères, leurs ancêtres et leurs chefs, mais il a cité particulièrement les pères parce que c'est par eux qu'ils juraient le plus souvent.

Dans le sahîh de Mouslim, il y a la version suivante de ce hadith : «Celui qui veut jurer, qu'il jure par ALLAH ou qu'il se taise !». Cela veut dire qu'il n'y a aucune autre alternative : Soit on jure par ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA soit on s'abstient de jurer.

Un des serments qui consiste un acte de mécréance et d'associationnisme, est le fait de jurer par le Prophète Mouhammed . Il en va de même si on jure par un ange comme Djibrîl, Israfîl, Mîka'îl ou le gardien de l'Enfer, ou si on jure par le soleil, la lune, le jour ou la nuit. Selon ce que nous avons détaillé plus haut, tout cela relève de l'associationnisme majeur ou de l'associationnisme mineur.

Il est permis de jurer par un des attributs d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA en disant par exemple : "je jure par la puissance d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA que je ferai telle chose", ou "je jure par la sagesse d'ALLAH que je ferai cei et cela".

En ce qui concerne le hadith suivant : «Quiconque jure en disant : "Si je mens dans ce que je dis, alors sachez que je n'ai plus rien avoir avec l'Islam" [...]», normalement l'homme ne doit pas faire ce genre de serment car s'il ment, il est tel qu'il s'est décrit et comme l'a dit le Prophète dans la suite de ce hadith.

«S'il est sincère, il ne reviendra pas à l'Islam sain et sauf». Cela signifie que dans tous les cas il commet un grand péché et met sa foi en péril.

Quelqu'un peut émettre l'objection suivante : "ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA n'a-t-IL pas jurer par des créatures ?

N'a-t-IL pas dit :

N'a-t-IL pas dit :

Nous lui répondons qu'il appartient à ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA de jurer par qui IL veut parmi Ses créatures. Lorsqu'IL jure par une chose, Son serment prouve Sa grandeur, Exalté soit-IL, car la grandeur de la créature prouve la grandeur du CR&Eacue;ATEUR. C'est pourquoi ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA ne jure par une chose que lorsque celle-ci est grande et sublime. D'ailleurs ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA peut jurer par ce qu'IL veut et personne n'a le droit de LUI dicter ce qu'IL doit faire, IL fait ce qu'IL veut.

Si quelqu'un pose la question suivante : "Nous entendons les gens jurer par les signes - âyât - d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA : Cela relève-t-il de l'associationnisme (shirk) et de la mécréance (koufr) ? ". Nous lui répondons : "Qu'entendent-ils par les signes d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA ? S'ils entendent par là, le soleil, la lune, la nuit, le jour, ainsi que d'autres créatures qu'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA a appelées «signe» comme dans le verset suivant :

«Parmi Ses merveilles, sont la nuit et le jour, le soleil et la lune [...]»
[Sourate 41, Verset 37]

(Rappel : Si on écoute ce verset, INCHA ALLAH on doit se prosterner)

Alors sache que le fait de jurer par ces signes est de la mécréance et du shirk. S'ils entendent par les signes d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA, les signes révélés, à savoir les versets du Coran, ce n'est pas du shirk, car le Coran est la parole d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA et la parole d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA est un de Ses attributs. Si quelqu'un dit : "je jure par des signes - âyât - d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA" tout en visant le Coran, ce serment est authentique et ne comporte rien de préjudiciable. À mon avis, lorsque les gens du commun jure par les signes d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA, ils pensent au Coran et non pas aux créatures d'ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA.

ALLAHOU A3LEM


L'étoile de Sirius
L'étoile de Sirius
   2013-08-05 • 1206 vues •  Sous-titrage : Aucune
Pour devenir musulman dire : Ach'hadou an la ilaha il ALLAH, Mohamed...
Sourates Al-A'la, Kafiroun, Al Ikhlas, invocations récitées par Muhammad Taha al-Junaid
Sourates Al-A'la, Kafiroun, Al Ikhlas, invocations récitées par Muhammad Taha al-Junaid
   2013-06-20 • 567 vues •  Sous-titrage : Aucune
MACHA ALLAH

Grands Péchés Islam