La musique en Islam

L'Unicité At-Tawhid
Le mariage en Islam

La cigarette en Islam

Accueil

Grands Péchés Islam

Le cinquante-huitième grand péché : APPELER LES GENS À L'ERREUR OU INTRODUIRE UNE PRATIQUE BLÂMABLE


Le Prophète a dit : «Celui qui invite les gens à suivre une voie d'égarement se verra compter une faute équivalente à celle de tous ceux qui l'ont suivi sans que leurs fautes n'en soient diminuées pour autant.»
[Hadith rapporté par Mouslim (n°2674)]

Le Prophète a dit : «Celui qui laisse l'exemple d'une mauvaise action en portera le poids [le Jour du jugement] ainsi que le poids de ceux qui l'ont imité, sans qu'aucun allégement ne vienne les soulager pour autant.»
[Hadith rapporté par Mouslim (n°1071)]



Le sheikh El-3Outhaymine (RahimahouLAHI) a dit :

(INCHA ALLAH voir son livre «L'explication du recueil "Riyad Es-Salihin". Chapitre 19 : De celui qui laisse l'exemple d'une bonne action ou au contraire d'une mauvaise action.»)

Le hadith rapporté par Djabir ben 3abdALLAH el-Badjalî Radia ALLAH 3Anhoe est un hadith sublime. Il montre combien le Prophète veille sur sa communauté et combien 11 est compatissant à son égard.

Djabir raconte qu'ils étaient une fois avec l'Envoyé d'ALLAH , en début de journée, quand se présentèrent devant lui des gens de la tribu de Moudar n'ayant pour vêtement qu'une couverture de laine tacheté dont ils avaient troué le milieu en guise d'encolure. Ils portaient des sabres en bandoulière, prêt à mener le djihad pour la cause d'ALLAH LE DIGNE DE CONFIANCE PAR EXCELLENCE.

Le Prophète pâlit quand il vit l'état d'indigence dans lequel ils se trouvaient alors qu'ils faisaient partie de Moudar, une des plus nobles tribus arabes. Il rentra chez lui et en ressortit, ensuite il ordonna à Bilâl (Radia ALLAH 3Anhoe) d'appeler à la prière et de faire l'iqâma, puis il dirigea les fidèles en prière et fit un discours où il adressa des louanges à ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA comme à l'accoutumée puis récita les versets suivants :

«Ô hommes ! Craignez votre SEIGNEUR qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez ALLAH au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes ALLAH vous observe parfaitement.»
[Sourate 4, Verset 1]



«Ô vous qui avez cru ! Craignez ALLAH. Que chaque âme voit bien ce qu’elle a avancé pour demain. Et craignez ALLAH, car ALLAH est PARFAITEMENT CONNAISSEUR de ce que vous faites.»
[Sourate 59, Verset 18]

Puis il incita à faire l'aumône en disant : «Que chacun fasse aumône avec ses dinars, ses dirhams, ses habits, d'une mesure de blé ou de dattes, voire d'une demi datte.»

Comme nous le savons, les Compagnons (Radia ALLAH 3Anhoum) étaient prompts à faire le bien. Ils se rendirent aussitôt chez eux et ramenèrent des dons Le premier à prendre cette initiative est un Médinois qui apporta une bourse d'argent remplissant toute sa main et la posa devant l'Envoyé d'ALLAH .

Djabir vît deux gros tas s'amonceler, l'un de vêtements et l'autre de nourriture. Le visage du Prophète , s'illumina de joie quand il vit les Compagnons rivaliser de générosité pour aider ces pauvres. Puis il dit : «Celui qui laisse l'exemple d'une bonne action - sounnah hasana - en recevra [au Jour du Jugement] le salaire ainsi que le salaire de ceux qui l'ont imité, sans que rien ne soit enlevé de leur récompense. Celui qui, au contraire, laisse l'exemple d'une mauvaise action en portera le poids [au Jour du jugement] ainsi que le poids de ceux qui l'ont imité, sans qu'aucun allégement ne vienne les soulager.»

«Celui qui laisse l'exemple d'une bonne action» est celui qui a pris l'initiative de mettre en pratique une sounnah comme a fait ce Médinois en donnant en aumône une bourse d'argent, ou celui qui a revivifié une sounnah après que les gens l'aient oubliée.

Il faut savoir que la sounnah en Islam se devise en trois catégories :

- La mauvaise sounnah : Il s'agit d'une pratique qui constitue une innovation en matière de religion (el bid3a). Cette pratique est mauvaise même si celui qui l'a inventée juge qu'elle est bonne, car le Prophète a dit : «[...] Toute innovation est égarement [...].».

- La bonne sounnah : Elle se présente sous deux aspects :

- Il s'agit d'une sounnah légale qui a été abandonnée un certain temps quelqu'un a pris l'initiative de la revivifier, comme la prière du qiyam célébrée en commun durant le mois de Ramadhan. En effet, c'est l'Envoyé d'ALLAH qui a institué que cette prière se fasse en commun derrière un seul imâm en la dirigeant lui-même pour ses Compagnons (Radia ALLAH 3Anhoum) quelques nuits du mots de Ramadhan, puis s'en est abstenu à la fin de sa vie par peur qu'elle ne devienne obligatoire. Les gens ont continué à la faire, soit individuellement soit par petits groupes, durant le califat d'Aboû Bakr Radia ALLAH 3Anhoe et au début du califat de 3Oumar ben Khattab Radia ALLAh 3Anhoe qui décida par la suite de réunir les fidèles derrière un seul imâm comme à l'époque du Prophète . Ainsi il a donné l'exemple d'une bonne sounnah en la revivifiant après qu'elle ait été abandonnée.

• Parmi les bonnes sounnahs, il y a celles dont le musulman prend l'initiative de pratiquer pour que d'autres suivent son exemple, à l'image de ce Compagnon médinois qui fut le premier à donner en aumône une bourse pleine d'argent puis les autres se succédèrent pour y joindre leurs dons.

Certains innovateurs qui inventent des formules de dhikr et des formules de prière sur le Prophète se prévalent de ce hadith et disent : "Nous avons donné naissance à une bonne sounnah". À ceux-là nous répondons que toute innovation en matière de religion - bid3a - est égarement et il n'existe pas de bonne bid3a. Si nous méditons les circonstances de ce hadith, il nous paraît en toute évidence qu'il parle de celui qui prend l'initiative de mettre en pratique une sounnah prescrite par ALLAH SOUBHANOU WA TA3ALA et Son Envoyé .

Ce hadith incite en effet à pratiquer les sounnahs qui ont été abandonnées et explique que celui qui les revivifie en recevra le salaire de tous ceux qui l'ont imité. Il met aussi en garde contre les mauvaises sounnahs, à savoir les pratiques blâmables, ainsi que celui qui les introduit à l'Islam afin qu'il sache qu'il portera le poids de tous ceux qui l'ont imité jusqu'au Jour de la résurrection. Même si au début elles étaient de simples pratiques et que par la suite elles se sont développées et ont proliféré, il endossera la pleine responsabilité de tous les dégâts qu'elles auront causés. Prenons l'exemple d'un mufti qui a autorisé à un homme de faire un acte licite que cependant fraye le chemin vers un acte illicite. Si la licence qu'il a dispensée a pris de l'ampleur et que les gens s'en sont servis pour commettre des choses blâmables, il portera le poids de cette fatwa et le poids de tous ceux qui l'ont utilisée à mauvais escient jusqu'au Jour de la résurrection. Quant au mufti qui est interrogé au sujet de quelque chose de licite qui ne fraye pas le chemin à un interdit (dhari3a) (il y a la notion de ruse dans le mot dharî3a), il n'y a pas de mal à ce qu'il l'autorise parce que parfois les gens posent des questions sur des choses qu'ils considèrent illicites alors qu'en vérité elles ne le sont pas. Dans un cas pareil, il incombe au mufti de leur expliquer que ces choses ne sont pas illicites puisque son rôle est de montrer la vérité.


ALLAHOU A3LEM


Hadith 28 : Se conformer à la Sunna et refus des innovations
Hadith 28 : Se conformer à la Sunna et refus des innovations
   2013-06-23 • 981 vues •  Sous-titrage : anglais
ALLAHOUMA Sali 3Ala Saydina Mohamed Sal ALLAH Ahleyhi wa SALAM
Hadith 5 : Rejet des actes blâmables et des innovations
Hadith 5 : Rejet des actes blâmables et des innovations
   2013-06-23 • 730 vues •  Sous-titrage : allemand
ALLAHOUMA Sali 3Ala Saydina Mohamed Sal ALLAH Ahleyhi wa SALAM
Hadith 5 : Rejet des actes blâmables et des innovations
Hadith 5 : Rejet des actes blâmables et des innovations
   2013-06-22 • 288 vues •  Sous-titrage : anglais
ALLAHOUMA Sali 3Ala Saydina Mohamed Sal ALLAH Ahleyhi wa SALAM
Jeune musulman : Bon rappel sur cette vie d'ici-bas
Jeune musulman : Bon rappel sur cette vie d'ici-bas
   2011-10-06 • 730 vues •  Sous-titrage : Aucune
MACHA ALLAH

Grands Péchés Islam